La Chambre des représentants des États-Unis approuve un projet de loi visant à interdire TikTok La Chambre des représentants des États-Unis approuve un projet de loi visant à interdire TikTok

La Chambre des représentants des États-Unis approuve un projet de loi visant à interdire TikTok

Après l’introduction d’un projet de loi visant à forcer la vente ou l’interdiction pure et simple de TikTok, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté aujourd’hui le « Protecting Americans from Xenophobic Controlled Apps Act » avec une forte approbation bipartisane (352 pour, 65 contre).

Le projet de loi va maintenant être soumis au Sénat américain.

L’avenir de TikTok est menacé

Si le projet de loi est adopté, la société mère de TikTok, la société chinoise ByteDance, aura six mois pour vendre l’application ou sera bannie des magasins d’applications américains (App Store, Play Store, etc.) et des services d’hébergement web.

Le projet de loi va maintenant être transmis au Sénat, où son avenir est moins certain. Le sénateur Rand Paul a déclaré qu’il bloquerait le projet de loi, tandis que d’autres législateurs hésitent à le soutenir ouvertement. Il n’est donc pas certain, pour l’instant, que le projet devienne une loi.

Coinbase en pleine résolution d’un bug affichant des soldes nuls pour certains utilisateurs (thecrypto.fr)

Dès que le projet de loi a été mis à l’ordre du jour, TikTok l’a qualifié d’inconstitutionnel et a demandé aux utilisateurs américains de s’y opposer en envoyant une notification push.

À la suite de cette demande, de nombreux appels ont été passés au Congrès. Le projet de loi est également contesté par les groupes de défense de la liberté d’expression et des droits numériques.

Toutefois, les candidats à la présidence des États-Unis, dont M. Biden, utilisent activement TikTok avant les élections.

Bien que Joe Biden ait déclaré qu’il approuverait le projet de loi lorsqu’il en serait saisi, il semble qu’il ne sera pas facile de faire passer l’interdiction de TikTok au Sénat. D’autre part, l’ancien président Donald Trump a également déclaré qu’il était contre le projet de loi, affirmant qu’il renforcerait Meta.